logoCKC.jpg, 16kB
logoCKC2.jpg, 3,2kB
pixTransp.gif, 807B
pixTransp.gif, 807B





pictoKendo.png, 3,7kBpictoIaido.png, 3,3kB


logoKendo.png, 7,7kB


btn_origines.png, 1,4kB
btn_pratique.png, 1,2kB
btn_materiel.png, 1,1kB
Accueil > Kendo >
Combats et arbitrage

Règles générales
Au terme des règles internationales les combats ou shiai se jouent en trois points maximum (Sanbon shobu) sur une durée de cinq minutes à l’intérieur d’une aire de combat (shiai-jo) de 11 m de côté. Le vainqueur est le premier à marquer deux points ou un point à la fin du temps réglementaire. En cas d’égalité, une prolongation (encho) a lieu, sans limite de temps, jusqu’à ce qu’un des combattants marque un point.
Les sorties du shiai-jo, la perte du shinai, les comportements violents ou inadaptés, sont sanctionnés par un avertissement (hansoku). Deux hansoku donnent un point à l’adversaire.

Combat par équipe
En combat par équipe les matches nuls à la fin du temps réglementaire ne donnent pas lieu à prolongation, mais un combat supplémentaire peut avoir lieu entre des représentants des deux équipes à l’issue des combats si les équipes sont à égalité.
Arbitrage
En compétition, l’arbitrage est assuré par trois arbitres. Chaque arbitre tient un drapeau dans chaque main ? : un rouge et un blanc. Chacun des combattants porte attaché au dos un ruban (tasuki) rouge pour l’un et blanc pour l’autre.
Il y a un arbitre central (Chushin) et les deux autres (Fukushin) l’assistent. Ils forment à eux trois un triangle autour des deux combattants afin qu’il y ait toujours au moins 2 arbitres qui soient en position pour voir les détails du combat.
C’est le Chushin qui donne les ordres de début et de fin des combats, annonce les points et donne les avertissements. Pour qu’un point (ippon) soit accordé, deux arbitres au moins doivent lever le drapeau de la couleur du combattant qui a marqué le point.

La Fédération Internationale de Kendo

La première académie de kendo fut fondée à Tokyo en 1909. Au XXe siècle, le kendo connut un essor très rapide en Angleterre, puis dans toute l’Europe. Les premiers Championnats du monde eurent lieu en 1970. Cet art martial est aujourd’hui placé sous l’autorité de l’International Kendo Federation. Au Japon, les pratiquants sont plus de deux millions. Les licenciés sont également nombreux aux États-Unis, en Europe, au Brésil, en Argentine, à Taiwan, en Corée, aux Philippines et en Australie. La France compte quelques milliers de licenciés.
La Fédération Internationale de Kendo (FIK) a été créée en 1970 par les 17 pays et fédérations fondateurs. En 2006, la FIK comptait 47 membres. Elle a pour but le développement international du kendo et des disciplines associées (iai et jodo). À ce titre elle organise les championnats du monde de kendo (World Kendo Championship WKC), des stages d’arbitrage, publie des guides et règles pour les compétitions et les passages de grades, dépêche des délégations de professeurs au travers du monde, et des experts pour des séjours plus ou moins longs auprès des fédérations qui en font la demande. Elle organise également des dons de matériel aux fédérations en développement.
Le siège de la FIK se trouve à Tokyo à la fédération Japonaise (ZNKR) et le président en est le président de la ZNKR.

En France le Kendo est rattaché à la FFJDA via le Comité National du Kendo (CNK).






Dans la même rubrique : [ Les notions fondamentales ] [ Discipline de l’esprit ] [ Combats et arbitrage ] [ Les origines ] [ La pratique ] [ Le matériel ]