logoCKC.jpg, 16kB
logoCKC2.jpg, 3,2kB
pixTransp.gif, 807B
pixTransp.gif, 807B





pictoKendo.png, 3,7kBpictoIaido.png, 3,3kB


logoKendo.png, 7,7kB


btn_origines.png, 1,4kB
btn_pratique.png, 1,2kB
btn_materiel.png, 1,1kB
Accueil > Kendo >
Le matériel
Armes

Le shinai / shinaï (竹刀) est un sabre composé de quatre lattes de bambous attachées entre elles. Le shinai représente le katana et à ce titre est censé posséder un tranchant : la partie opposée au fil (tsuru) qui maintient l’assemblage du shinai. Les coups valables doivent être portés avec ce tranchant correctement orienté (notion de hasuji. La longueur et le poids du shinai varient avec la catégorie du pratiquant. Dans la pratique à deux sabres (nito) le combattant utilise deux shinais de longueur différente. Il existe également des shinais en matériaux composites (fibre de carbone). Le shinai doit être, dans un souci de prévention des accidents, correctement entretenu. Pour cela il doit être inspecté avant chaque utilisation et si besoin est, démonté afin de poncer ou de changer une lame abîmée.
Le bokuto (木刀) ou bokken (木剣) est une version en bois du katana. D’aspect, il est plus proche de ce dernier que le shinai. Il était autrefois utilisé pour l’entraînement, mais il a aujourd’hui été remplacé par le shinai. Le bokuto reste toutefois employé pour l’exécution des katas.
Le katana () est le sabre qu’utilisaient les samouraïs. Aujourd’hui, leur fabrication est réglementée par le gouvernement japonais en termes de qualité et de quantité. Ceux-ci ne sont aujourd’hui utilisés que pour le iaidô. Pour les katas de kendo on utilise parfois, lors des démonstrations, des sabres équipés des lames factices non tranchantes appelés habiki.

Armure

Le Kendo-gu (encore appelé bogu) est l’armure protégeant principalement les parties du corps visées et limitant ainsi, tout comme le shinai, les risques de blessures lors de l’entraînement ou des combats. Il se compose des éléments suivants ? :
  • men : masque pourvu d’une grille métallique couvrant le visage et la tête, les épaules et la gorge.
  • kote : gants protégeant les poignets et une partie des avant-bras.
  • do : plastron protégeant le ventre au niveau des côtes et qui remonte jusqu’à la poitrine.
  • tare : protection couvrant le bas-ventre et le haut des cuisses.


Vêtements

Les vêtements traditionnels sont le hakama (pantalon jupe) et le keiko-gi (veste). Keikogi est un mot japonais signifiant littéralement « vêtement d’entraînement ». On parle parfois de dogi, « vêtement de pratique de la voie ». Le hakama est un pantalon large plissé (sept plis, cinq devant et deux derrière), muni d’un dosseret rigide (koshi ita). Il était traditionnellement porté par les nobles du Japon médiéval, et notamment les samouraïs. Les sept plis représentent les sept vertus que doit posséder le samouraï : jin (bienveillance, générosité), gi (honneur, justice), rei (courtoisie, étiquette), chi (sagesse, intelligence), shin (sincérité), chu (loyauté) et ko (piété).

En kendo le grade du pratiquant n’apparaît pas sur ses vêtements. En revanche le nom du pratiquant, ainsi que son dojo ou club d’appartenance, sa ville ou région ou pays sont inscrits sur le Zekken qui se porte sur le tare. Cette identification est retirée lors des passages de grades.






Dans la même rubrique : [ Les notions fondamentales ] [ Discipline de l’esprit ] [ Combats et arbitrage ] [ Les origines ] [ La pratique ] [ Le matériel ]