logoCKC.jpg, 16kB
logoCKC2.jpg, 3,2kB
pixTransp.gif, 807B
pixTransp.gif, 807B





pictoKendo.png, 3,7kBpictoIaido.png, 3,3kB


logoKendo.png, 7,7kB


btn_origines.png, 1,4kB
btn_pratique.png, 1,2kB
btn_materiel.png, 1,1kB
Accueil > Kendo >
La pratique
"L’adversaire n’est pas un ennemi mais un partenaire indispensable au progrès."

Le kendo est un art martial, d’origine japonaise, où deux pratiquants revêtus de protections (réplique simplifiée de l’armure des samouraïs) cherchent mutuellement à porter des coupes, au moyen d’un sabre de bambou (shinaï) manié à deux mains.

Les règles strictes de cet art sont là pour garantir que, en combat réel, la coupe aurait été efficace, même au travers d’une armure. Au kendo, la précision de la coupe sur l’armure de l’adversaire, la coordination entre l’impact, le placement du corps et le kiai (cri) sont des éléments clés pour que l’attaque soit considérée comme décisive.
La notion fondamentale du kendō est le ki ken tai no itchi (気剣体の一致, l’esprit, le sabre et le corps en un) ou Kikentai itchi, autrement dit l’unité entre :
  • l’énergie (ki), qui désigne la détermination dans l’assaut. Le ki se manifeste par le kiai, le cri que pousse le combattant lorsqu’il porte une attaque ;
  • le sabre (ken), qui représente le coup porté. Celui-ci doit être délivré avec la partie valable du shinai (datotsu-bu) correctement orienté (le "tranchant" du shinai devant "couper" la partie touchée) sur une partie valable de l’armure de l’adversaire ;
  • et le corps (tai) qui désigne l’engagement du corps représenté par une frappe du pied avant au sol qui doit être exécutée dans le même temps que la coupe et le kiai.

Le kendo se pratique dans un dojo : une salle équipée d’un plancher ou dans des gymnases.

Le kendo peut être pratiqué sans limite d’âge et sans danger. Il n’existe pas de catégorie de poids et les pratiquants ne portent aucun signe extérieur de leur grade.

Le kendo n’est pas qu’une discipline physique. Sa pratique requiert la maîtrise de kata (combats codifiés), et de l’étiquette s’appliquant au dojo. Le kendo est un art qui exige une discipline de l’esprit.

Les katas (aussi appelés kendo no kata ou nihon kendo kata) sont une synthèse de différentes écoles anciennes.
Créés en 1912 par un comité d’experts ils se composent de dix séquences codifiées de combat entre deux partenaires, sept avec le bokken (sabre long) et trois avec un kodachi (sabre court) pour le shidachi.
L’accent est mis sur la qualité et l’authenticité de l’exécution, sous une forme entièrement codifiée (y compris les saluts). Pour chaque kata, on trouve un maître (uchidachi) et un élève (shidachi). L’objectif du kata n’est pas la victoire mais plutôt l’exécution fluide sans faille des techniques. Pour cette raison, les katas sont très utiles pour se perfectionner dans l’exécution des différentes techniques.

À travers sa pratique et l’entraînement en salle se dégage sa philosophie réelle : la recherche d’une harmonie entre soi et l’adversaire, recherche de l’équilibre, de la plénitude et de la maîtrise de soi, dans un esprit de paix et de respect.






Dans la même rubrique : [ Les notions fondamentales ] [ Discipline de l’esprit ] [ Combats et arbitrage ] [ Les origines ] [ La pratique ] [ Le matériel ]