logoCKC.jpg, 16kB
logoCKC2.jpg, 3,2kB
pixTransp.gif, 807B
pixTransp.gif, 807B





pictoKendo.png, 3,7kBpictoIaido.png, 3,3kB


logoIaido.png, 6,6kB


btn_origines.png, 1,4kB
btn_pratique.png, 1,2kB
btn_materiel.png, 1,1kB
Accueil > Iaïdo >
Le matériel
Armes
 
Le bokuto (木刀) ou bokken (木剣) est une version en bois du katana dont il reprend la forme.
Il en existe de formes, tailles, poids, coubures variables selon les époques et les écoles. A Chambéry, nous n’utilisons que le bokken classique de kendo.
Le iaito (居合刀) ou mogito est une réplique de katana non tranchante qui permet de pratiquer sans danger avec une arme semblable au katana. Il en existe en acier (semblable au katana) ou en alliage d’aluminium et de zinc d’entretien plus aisé.
Le katana () est le sabre qu’utilisaient les samouraïs. Aujourd’hui, leur fabrication est réglementée par le gouvernement japonais en termes de qualité et de quantité. Il est à la fois une arme et une oeuvre d’art, et la majeure partie des fabrications traditionelles japonaises est destinée à la collection. On ne s’entraine jamais avec des pièces de grande valeurs.
On trouve aussi des katana non traditionels issus de manufactures hors Japon qui sont des alternatives aux productions japonaises pour la pratique du iaido. On commence à pratiquer le iaido avec un katana tranchant en général autour du 4ème dan (7 à 8 ans de pratique au moins) et toujours avec l’accord de l’enseignant.
 
Le soin et le respect que l’on porte à son matériel fait partie intégrante de la pratique. Qu’il soit de bois ou de métal, le pratiquant lui attache la même déférence et la même attention.

Vêtements
Les vêtements traditionnels sont le hakama (pantalon jupe) et le keiko-gi (veste). Keikogi est un mot japonais signifiant littéralement « vêtement d’entraînement ». On parle parfois de dogi, « vêtement de pratique de la voie ». Le hakama est un pantalon large plissé (sept plis, cinq devant et deux derrière), muni d’un dosseret rigide (koshi ita). Il était traditionnellement porté par les nobles du Japon médiéval, et notamment les samouraïs. Les sept plis représentent les sept vertus que doit posséder le samouraï : jin (bienveillance, générosité), gi (honneur, justice), rei (courtoisie, étiquette), chi (sagesse, intelligence), shin (sincérité), chu (loyauté) et ko (piété).

En iaido, le grade du pratiquant n’apparaît pas sur ses vêtements.
 





Dans la même rubrique : [ Les origines ] [ La pratique ] [ Le matériel ]